• Be Ing

La responsabilité sociétale des organisations


L'ISO 26000 donne les lignes directrices de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

RSE Définition

La RSE est un outil de conscience qui exprime l’inscription de l’entreprise dans une démarche de développement durable par la prise de conscience des impacts de ces activités sur la société, l’environnement…


RSE et certification

La norme ISO 26000 sur la responsabilité sociale des entreprises a été publiée le 1er novembre 2010, son application reste entièrement volontaire, elle n’a pas vocation à être "certifiable".


Objectifs de la RSE

Elle a pour objectif de définir la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), concept dans lequel les entreprises intègrent dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes, sur une base volontaire, des préoccupations sociales, environnementales, et économiques, … et ce à l'échelle internationale.


Les 7 questions centrales de responsabilité.

La RSE s’articule autour de 7 questions auxquelles toute entreprise s'engageant dans la démarche doivent répondre :

  1. Gouvernance de l'organisation : le respect de la loi, la transparence, la responsabilité de rendre compte et le dialogue avec les parties prenantes.

  2. Droits de l'Homme.

  3. Conditions et relations de travail.

  4. Environnement.

  5. Bonnes pratiques des affaires.

  6. Questions relatives aux consommateurs.

  7. Engagement sociétal.

Sources Guide ISO


Remarquez que la dimension économique n’est pas intégrée aux questions centrales de responsabilité. En effet, celle-ci est considérée comme transversale et donc partie intégrante dans chacune des 7 questions de responsabilité à aborder. Néanmoins, la priorité des actions à mettre en œuvre, pour la mise en œuvre de la démarche ISO 26000, sera, comme l’est tout projet d’entreprise, guidée par les disponibilités et moyens financiers propres à chaque organisation.


Liens entre RSE, ISO 9001 et ISO 14001

Pour son bien, mais aussi pour mieux maîtriser le cadre dans lequel elle évolue, une entreprise se doit d’identifier et de recenser tous ceux qui sont impactés par son existence en interne ou en externe : Les parties intéressées (ISO 9001) ou parties prenantes (ISO 14001)


Identifier les parties liées à son activité n’a pas pour seul but que d’évaluer l’impact sur les autres, mais aussi l’impact subit dans les relations dans une approche systémique : activité et impact, l’interaction étant par définition à double sens

Bien identifier les PI / PP permet d’anticiper la posture à adopter vis à vis d’eux, la communication et le niveau attendu, compris son contenu, les actes, voire de définir les canaux de communication à privilégier.

Les 4 étapes initiales de la démarche RSE

Comme toute démarche, la mise en œuvre de la démarche RSE s’appuie sur des fondamentaux, au nombre de 4 qui constitue également les étapes principales du projet :


  1. Etat des lieux : Bilan permettant de définir le plan des actions prioritaires,

  2. Déployer et suivre les actions au sein de l’entreprise,

  3. Communiquer sur la démarche, les actions, les résultats

  4. Evaluer les résultats et améliorer les faiblesses détectées.


Evaluer sa démarche RSE

La 4ème Etape : l’évaluation, nest pas la moindre. En effet, elle permet de déterminer les points forts et les points faibles de ses pratiques. Elle permet de valoriser la démarche qui, rappelons-le, n’est pas certifiante, mais qui, pour bâtir son propre retour d’expérience et identifier des pistes de développement doit être évaluée et mesurée avec méthode et impartialité.

Pour être efficace, l’évaluation doit porter à la fois sur les pratiques stratégiques, managériales et opérationnelles et sur la pertinence des indicateurs de la performance économiques, sociétale et environnementale.



Mode d’évaluation

Le mode d’évaluation doit être déterminé et communiqué dès le début de la démarche afin d’être transparent, connu et accepté de tous. Il ne doit pas ouvrir la porte à la partialité ou à l’interprétation.

Le modèle d’évaluation AFAQ 1000NR apporte une lisibilité aux entreprises, afin de leur permettre de développer leur démarche de Développement Durable.

Le scoring de cette méthode repose sur le principe PDCA, qui est aussi appelé par certain l’approche ADEA pour : Approche, Déploiement, Évaluation, Amélioration.

Egalement, on pourra également recourir à une approche s’inspirant de la méthode CMM ou niveaux de maturité tel que : Engagement, Progression, Maturité et Exemplarité).


Pour aller plus loin

AFNOR guide à télécharger : L’ISO 26000 en 10 questions.

ISO guide à télécharger : Découverte de l'ISO 26000


0 vue